J’entends ou je lis depuis plusieurs mois de multiples voix s’elever comparant nos vaccins anti-Covid a Notre marque une bete.

J’entends ou je lis depuis plusieurs mois de multiples voix s’elever comparant nos vaccins anti-Covid a Notre marque une bete.

Mais sont-ils competents pour s’avancer sur un thi?me aussi delicat ?

Seul un professionnel de l’Apocalypse est en mesure de s’aventurer concernant ce terrain. C’est donc en professionnel de l’eschatologie, et non pas de la sante, que je vais m’efforcer de repondre a cette question.

Cela reste d’abord essentiel de souligner qu’identifier la marque d’la bete n’est pas anodin : en effet, s’il y a marque d’la bete, cela veut dire que la bete existe et qu’elle regne. Autrement dit, que l’Antechrist -que tous les exegetes associent ou assimilent a bien ou partie d’une bete de la mer- est present et au pouvoir ces jours-ci meme, et non nullement en devenir.Cela veut dire aussi que nous sommes tres copains d’la fin du monde (ou de CE monde) parce que les betes ont une duree de vie determinee, et parce que un chute reste concomitante en chute de Babylone (ou fin de CE monde), elle-meme suivie du jugement dernier puis du regne du Christ. Ce qui implique la proximite du retour du Christ : « Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et son regne n’aura pas de fin » (extrait du Credo).Donc parler de la marque d’une bete c’est considerer la presence de l’Antechrist comme sure, ainsi, c’est envisager a plus ou moins breve echeance la Parousie.Je rappelle aussi qu’il n’y a aucun doute concernant le deroule du scenario decrit avec l’Apocalypse ; la difficulte reside plutot dans l’identification correcte des evenements correspondants a toutes les descriptions imagees ou allegoriques de l’Apocalypse. Un exemple entre cent : un tremblement de terre en langage biblique peut tout a fait designer un evenement tel le concile Vatican II. Continue reading “J’entends ou je lis depuis plusieurs mois de multiples voix s’elever comparant nos vaccins anti-Covid a Notre marque une bete.”